fbpx
Où vendre ses livres en 2020 ?

Écrit par Alexandre

28 janvier 2020

Il y a quelques années, les solutions pour revendre ses livres étaient peu nombreuses. Venant d’une petite ville du sud de la France, les vides-greniers étaient incontournables pour la revente d’objets d’occasion. Je me souviens de ces samedis matin où il fallait se lever (très) tôt, pour se rendre dans le centre ville et essayer de vendre nos vieux vélos, livres ou même nos anciens jouets.

Arrive ensuite Le Bon Coin, une alternative solide aux vides-greniers. Plus besoin de déplacer tout un tas de cartons et de poireauter une matinée entière pour se débarrasser de ses vieux livres. A première vu, cela semble être intéressant. 

Le Bon Coin convient parfaitement pour vendre un vélo, un jouet ou une télévision par exemple. En effet, pas grand monde ne s’intéresse au modèle du vélo ou de la télévision d’occasion qu’ils vont acheter. On peut donc mettre en vente à peu près tout type de produit sans distinction de marque ou d’année. Cependant, je ne recommande pas ce site pour tout ce qui est de la vente d’objets plus ou moins uniques. C’est le cas pour les livres. Il existe des millions de références différentes. Comment trouver un acheteur proche de chez vous pour la référence que vous possédez et dont vous n’avez plus l’utilité ? C’est très peu probable… 

Heureusement, ils existe maintenant plusieurs solutions. Étant moi-même à l’origine de La Bourse aux Livres, un service spécialisé dans la vente de livres d’occasions, j’ai déjà de nombreuses années d’expérience dans le livre et je vais partager avec vous mon analyse des différentes possibilitées qui s’offrent à vous.  Chacune possède ses avantages et ses inconvénients et j’espère que vous trouverez ici celle qui vous correspond le mieux.

 

Vendre ses livres soi-même 

Cette première solution est celle qui vous permettra de gagner le plus d’argent en revendant vos livres. Attention, cette solution implique également d’être très investi et disponible pour la vente de ses livres : il faut être prêt à y consacrer du temps et un peu d’argent. 

Plusieurs sites comme Amazon, La Fnac ou même Rakuten proposent des fonctionnalités pour les vendeurs. Vous connaissez sûrement ces “marketplaces” en tant qu’acheteur, mais sachez que vous pouvez également y vendre vos livres d’occasion. Une majorité de professionnels et quelques particuliers y vendent des produits d’occasion comme des livres scolaires, bandes-dessinées, romans où même des mangas.

Pour commencer, il suffit de créer un compte vendeur. Sur chacun de ces sites vous pouvez choisir de vous abonner pour 40€ par mois environ. Cela vous permet de profiter de plus petites commissions de plateforme et de fonctionnalités supplémentaires. 

L’intérêt ici et que les sites sont spécialisés et vous permettent d’accéder à leur listing : à la différence des sites de petites annonces vos livres seront bien classés ce qui facilitera la recherche d’un acheteur potentiel pour trouver l’annonce de votre produit. Dans le même temps, vous allez être mis en concurrence avec tous les autres vendeurs, particuliers et professionnels, et il va donc falloir que vous soyez compétitifs et que vous puissiez ajuster vos prix tous les jours, voir toutes les heures pour le rester. D’autant que les vendeurs professionnels, qui vendent quotidiennement, on de nombreux avis positifs d’acheteurs ce qui valorise leur offre par rapport à la votre.

Si un acheteur choisi votre offre, il peut essayer de négocier le prix mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut alors être réactif et savoir négocier, mais cela n’est pas forcément difficile : à part quelques curieux les personnes souhaitent généralement obtenir un petit rabais, et comme vous êtes un vendeur particulier il vont se permettre de vous le demander plus facilement que si vous étiez un vendeur professionnel.

Quand finalement un acheteur choisi votre offre achète votre produit, vous n’avez plus qu’à l’accepter et un compte à rebours démarre : vous avez alors 24 à 48h pour expédier votre livre avec le bordereau fourni. Si vous ne respectez pas ce délai la plateforme peut annuler la vente.

C’est donc un équilibre : on peut vendre depuis chez soi mais il faut donner du temps pour s’acquitter de toutes les tâches de ventes. Intéressant financièrement mais uniquement si on veut y passer du temps, car au vu du processus pour un livre il faut avoir beaucoup de temps pour une bibliothèque entière…

Vendre ses livres en physique

Une bonne alternative aux sites de vente en ligne sont les librairies locales. On trouve alors différents systèmes, de la petite librairie de quartier qui apprécie offrir une seconde vie aux romans d’auteurs jusqu’aux chaînes de librairies généralistes comme Chapitre ou Gibert Joseph dont une partie de l’activité est dédiée au livre d’occasion et qui vont pouvoir reprendre un certain nombre de références.

Les librairies sont souvent charmantes et les tenanciers chaleureux, d’autant que leur passion du livre transforme la vente en un véritable moment de partage. C’est l’occasion idéale de venir échanger avec quelqu’un de cultivé qui saura vous conseiller pour vos prochaines lectures ! En revanche, les libraires ne possèdent pas toujours d’outils spécialisés pour estimer la valeur des livres, et vont préférer les références qu’ils connaissent et souhaitent voir dans les rayonnages de leur boutique.

Les chaînes de librairies généralistes quand à elles reprennent souvent un plus grand nombre de références que les librairies de quartier. De part leur visibilité d’abord, car ce sont des magasins connus et qui possèdent une très large offre de livres, du roman au livre spécialisé en passant par les mangas ou les bandes dessinées. Mais également par les différents canaux de revente qu’ils utilisent : directement en magasin mais la demande est forcément limitée, ou sur leurs sites internet. Ces grands magasins ont aussi la possibilité d’estimer plus précisément la valeur des livres qu’ils reprennent en faisant appel à des logiciels spécialisés. Pour autant, leur logique commercial fait qu’il n’est pas toujours possible de revendre tous ses livres sur place car certains ne vont pas les intéresser : ils ne feront pas assez de bénéfice dessus ou le risque de ne pas le vendre est trop important car la demande est trop faible. Les tarifs de rachat proposés pour les livres d’occasion ne sont donc pas toujours très attractifs, quand ils sont repris.

Revendre ses livres en point de vente physique peut donc se révéler intéressant et pratique car c’est à l’échelle locale, pour autant la rétrocession est parfois dérisoire et un certain nombre de livres ne sont pas repris. Sachant qu’il est nécessaire de se déplacer en magasin pour vendre, on peut se retrouver avec une pile de livres non repris sur les bras alors que l’on a déjà fait le déplacement, et on ne sait alors plus quoi en faire.

« Étant habitué des solutions de revente de livres, j’ai pourtant rapidement remarqué leurs limites. Qu’elles soient pratiques, facile d’accès ou rentables, elles sont très rarement les trois à la fois. »

Utiliser un service en ligne

La solution qui peut se révéler la plus avantageuse est souvent la revente par un service spécialisé en ligne. Parmi les plus connu, on trouve Kiwibook, l’allemand Momox ou encore La Bourse aux Livres. Leur fonctionnement est assez similaire – avec quelques spécificités pour La Bourse aux Livres – et se déroule en plusieurs étapes.

D’abord connaître la valeur de ses livres. En se rendant sur leur site, on trouve souvent un outil d’estimation gratuit qui permet, en rentrant le numéro ISBN (code-barres) manuellement, de connaître le prix qu’en propose le service. Il est également possible de faire la même chose avec leur application mobile dédiée : on peut alors scanner le code-barres de son livre avec la caméra de son téléphone, ce qui est très pratique quand on fait le tri dans sa bibliothèque car on peut enchaîner les estimations sans bouger – ou presque – de son canapé !

Si l’on est satisfait de cette estimation, il suffit alors de s’inscrire pour obtenir un bordereau d’expédition gratuit, emballer ses livres dans un colis et les envoyer par voie postale. Une fois qu’ils sont reçus, ils sont alors vérifiés par la société qui les accepte – ou non. Vient alors le paiement : pour Momox et Kiwibook qui sont des plateformes d’achat-revente, le vendeur est directement payé pour ses livres acceptés. Avec La Bourse aux Livres, le paiement est effectué à chaque fois qu’un livre est vendu.

 

Étant habitué des solutions de revente de livres, j’ai pourtant rapidement remarqué leurs limites. Qu’elles soient pratiques, facile d’accès ou rentables, elles sont très rarement les trois à la fois. C’est la raison pour laquelle, avec deux amis, j’ai décidé de créer La Bourse aux Livres qui fonctionne comme un dépôt-vente. L’objectif est de pouvoir facilement mettre ses livres en vente et dans le même temps de pouvoir gagner une somme d’argent intéressante : le vendeur est donc payé au moment de chaque vente, et La Bourse aux Livres lui verse son bénéfice en prélevant une commission. C’est donc un modèle différent, gagnant-gagnant, qui permet de récupérer une somme plus importante que les services en ligne classique, mais le paiement intervient plus tard. Dans le même temps, les livres qui ne sont pas vendus après 12 mois sont rendus à leur propriétaire ou, avec son accord, donnés à une association afin de quand même leur offrir une seconde vie.

 

Invendables ? Donnez-les !

C’est ce qui nous amène à la dernière solution pour revaloriser ses livres d’occasion et pas des moindres : le don.

Au cours de sa vie, la valeur d’un livre évolue à la hausse ou à la baisse. Mais avec le temps, il arrive parfois qu’un livre soit trop vieux pour être vendu et il n’a presque plus de valeur. Pour autant, il ne faut surtout pas le jeter ! Des associations comme Bibliothèque sans Frontières ou Emmaüs acceptent gratuitement les livres, et vous pouvez leur confier tous ceux dont personne ne veut. Ces livres sont souvent offerts à des personnes qui en ont besoin, en France ou à l’étranger, et permet à des gens d’apprendre à lire, d’étudier, ou simplement de recevoir des livres car ils n’ont pas les moyens d’en acheter.

S’ils sont en trop mauvais état, vos livres ne sont pas perdus pour autant : ils seront recyclés pour être transformés de nouveau en papier, en livre, ou même en… papier-toilette ! Une société référente en la matière est Paprec, qui permet à plein de papier d’éviter l’incinération, ou pire, l’enfouissement.

Alors vous pouvez faire ce que vous voulez avec vos livres, lisez-les, vendez-les, donnez-les, recyclez-les, mais par pitié : ne les jetez pas !

Téléchargez l'application dès maintenant pour
commencer à vendre vos livres d'occasion !

Retrouvez La Bourse aux Livres sur les stores